Qu’est ce que le Biokacking ?

Fou, impossible, inconscient…, plusieurs adjectifs nous viennent à l’esprit pour définir ce nouveau régime alimentaire qu’est le Biohacking. Depuis quelques années, il a pourtant conquis tous les grands patrons de la Silicon Valley aux États-Unis. Appuyé sur des fondements plus ou moins scientifiques, il a la prétention de changer la manière dont votre corps travaille grâce à de longues périodes de jeûne. Pour faire simple, il faudrait s’arrêter de manger 36 heures par semaine et même jeûner jusqu’à 3 jours de suite, quatre fois par an.


Le jeûne à intermittence provoquerait des pertes de poids, permettrait de contrer le diabète et de réduire le risque de maladies cardiaques, mais surtout aurait la capacité d’augmenter les performances intellectuelles.

D’après le neuroscientifique Mark Mattson, lors de l’épreuve du jeûne, le cerveau développe de meilleures réponses aux situations de stress et d’angoisse et améliore sa capacité de mémoire. D’après lui, faire trois repas par jour est un “mythe” qui serait plus bénéfique aux multinationales de l’agroalimentaire qu’aux individus.

L’Américain Dave Asprey, grand amateur de café, a récemment popularisé le biohacking. Il a développé des astuces pour optimiser son rendement physique et intellectuel au quotidien grâce au bulletproof coffee, un café au beurre qui “stimule le cerveau, l’énergie, fait de vous un meilleur travailleur, meilleur père, meilleur ami et une meilleure personne. Grâce à ses méthodes, il dit avoir réussi à perdre 45 kg et augmenter son QI de 10 points tout en dormant moins et en mangeant plus. Toujours plus technophile, Dave Asprey vous conseille aussi de dormir seulement 6 heures par nuit et de ne pas avoir d’orgasmes à moins de X jours d’intervalle. X étant égale à votre âge moins 7, le tout divisé par 4.

Les nutritionnistes mettent évidemment en garde contre cette nouvelle tendance. Selon eux, dans certains cas, laisser les gens se nourrir exclusivement d’eau pendant plus de 36 heures pourrait révéler de véritables troubles de l’alimentation.

Le Biohacking : Des recherches rigoureuses

L’essor de la biologie participative correspond à une évolution des biotechnologies où technologies et matériel sont devenus plus abordables. Des manipulations comme le séquençage de l’ADN étaient, il y a une dizaine d’années encore, réservées à quelques labos superéquipés.

Elles sont désormais à la portée de toute personne suffisamment intéressée et dotée d’un équipement de base. Pour les biohackers, la science est trop importante pour notre avenir et notre bien-être collectif que pour être laissée aux seuls laboratoires industriels et universitaires. De plus en plus de gens se posent des questions sur leur propre santé, sur la qualité de leur nourriture, de l’air ou de l’eau.

À l’origine de ces labos participatifs, on trouve souvent des scientifiques qui en avaient marre de mener leurs recherches seuls dans leur coin, et voulaient partager leurs pratiques et leurs interrogations avec des “ amateurs ”.

Inviter des gens avec d’autres compétences et d’autres expériences, c’est insuffler un nouveau regard, et répondre à des questions que l’on ne se serait pas posées. Notre objectif, c’est de mener des recherches rigoureuses et scientifiques en toute liberté, au bénéfice de tous et dans des conditions de sécurité équivalentes à celles de grands labos.

Pour garantir cette rigueur et ce sérieux, les différents laboratoires de DIYbio s’accordent sur une charte qui cadre leur méthodologie et fixe les barrières. Il est bien entendu impensable de travailler avec des germes pathogènes ou des substances dangereuses. Les bactéries vedettes de la biologie participative sont les inoffensives : E. Coli ou levure du boulanger (Saccharomyces cerevisiae).

Pour l’anecdote, à leur création, les premiers DIYbio labs américains ont été vus avec la plus grande suspicion par le FBI qui y a opéré plusieurs descentes. Aujourd’hui, ils coopèrent dans la plus grande confiance.

Derniers articles

Quel type de menthe pour son mojito ?

La menthe constitue l’élément de base du mojito. Elle se présente sous plusieurs types d’espèces. À vous de choisir celle qui vous convient le...

Avantages de passer par un chasseur d’immeuble

Placer son argent dans l’immobilier, c’est une excellente idée étant donné que ce type de produit augmente de valeur d’année en année. Cependant, si...

Tendance marketing : le contenu

Le cours du marketing suit l’évolution des outils de travail et les technologies utilisées, entre autres les sites e-commerces. Il y a également l’application...

Comment trouver le bon dj pour votre mariage ?

Votre mariage est sans doute un des jours les plus importants de votre vie. C'est pourquoi vous souhaitez que tout soit parfait et qu'il...

Offrir un poster Avengers en cadeau ?

L’anniversaire de votre fils ou votre fille approche, mais vous ne savez pas encore quoi lui offrir. Vous pouvez essayer le poster d’un ou...

RESTEZ CONNECTÉS

4,837FansJ'aime
3,814SuiveursSuivre
Quentin Rault
Quentin Rault
Après une carrière de journaliste à Libération puis chez les Échos, j'ai décidé de me lancer en tant que journaliste indépendant. Passionné de nouvelles technologies, d'art contemporain et de la vie Parisienne, je partage sur ce site mes découvertes et expériences.

Quel type de menthe pour son mojito ?

La menthe constitue l’élément de base du mojito. Elle se présente sous plusieurs types d’espèces. À vous de choisir celle qui vous convient le...

Avantages de passer par un chasseur d’immeuble

Placer son argent dans l’immobilier, c’est une excellente idée étant donné que ce type de produit augmente de valeur d’année en année. Cependant, si...

Tendance marketing : le contenu

Le cours du marketing suit l’évolution des outils de travail et les technologies utilisées, entre autres les sites e-commerces. Il y a également l’application...