Quel avenir pour les nouvelles mobilités ?

0
121
Quel avenir pour les nouvelles mobilités ?

Si le réchauffement climatique inquiète de nombreux spécialistes, réduire les émissions carbones devient dès lors une priorité absolue. Si vous suivez régulièrement l’actualité des nouvelles mobilités, ces dernières années ont été marquées par l’avènement des trottinettes électriques, scooters, et autre gyroroues. Mais comment vont-elles évoluer dans les années à venir ?

Une nouvelle mobilité aux visage multiples

Si des médias relatant régulièrement l’actualité des nouvelles mobilités (comme Neoproduits) ont souligné le succès de bijoux de technologie électriques, ils restent cependant majoritairement cantonnés aux centres urbains.

Pour des déplacements de plus grandes distances, la voiture restera donc très majoritairement utilisée. Toutefois, l’ensemble des constructeurs travaillent quotidiennement pour rendre les véhicules électriques encore plus attractifs, pour ceux qui sont réfractaires : amélioration de l’autonomie, lool attirant, confort irréprochable…Progressivement, ces dernières circuleront en toute sécurité de manière autonome.

Les sites spécialisés dans l’actualité des nouvelles mobilités prédisent également un très bel avenir à la mobilité partagée, sous différentes formes. Citons par exemple le covoiturage, qui remporte l’un des plus forts taux de pénétration sur le marché. L’autopartage gagne également du terrain, pesant 3 % sur le segment de la mobilité, selon l’Observatoire des mobilités émergentes. Citons aussi le développement du recours aux VTC, et bien sûr, l’émergence de l’utilisation du vélo (26%)

Les nouvelles mobilités dans le futur

Si ces nouveaux moyens de mobilités se développent, ils pèsent encore peu par rapport à l’utilisation très majoritaire des voitures à moteur thermique.

Mais , la bonne nouvelle est que l’arrêt de fabrication des véhicules à moteurs thermiques est prévue pour 2040. Dès lors, la transition vers des modèles électriques ou hybrides va s’accélérer dans la années à venir.

Les services de mobilité devraient eux aussi continuer à prendre de l’ampleur. En effet, si seulement 10 % des automobilistes se disent près à utiliser ce type service (autopartage, location ponctuelle), 7 % se disent prêt à se passer d’une voiture, s’ils disposent d’une alternative fiable.

Enfin, le domaine des transports de biens ou de marchandises devrait quant à lui se voir décarboné. Plusieurs fabricants travaillent en effet sur des modèles électriques ou hybrides, qui permettraient, à terme, de réduire l’empreinte carbone. Certains constructeurs ont également fabriqués des prototypes entièrement autonomes, capables de mener des marchandises d’un point A à un point B, sans conducteur.

Le fait d’utiliser ces mobilités écologiques relève avant tout de la conscience collective. Responsabiliser les utilisateurs pour les amener à changer leurs habitudes de déplacement sera au coeur des stratégies de sensibilisation des gouvernements. Ces efforts pour favoriser la transition à déjà commencé. Le gouvernement d’Emmanuel Macron a notamment proposé une prime de reprise d’un ancien véhicule, pour toute personne achetant un véhicule propre.

En outre, la mise en place d’un système de bonus / malus en fonction des émissions carbone incitent de plus en plus les Français à miser sur des véhicules propres, plutôt que sur des SUV ou véhicules à forte puissance, pour lesquels ils devront s’acquitter d’un tarif d’assurance plus salé.

Si le réchauffement climatique inquiète de nombreux spécialistes, réduire les émissions carbones devient dès lors une priorité aboslue. Si vous suivez régulièrement l’actualité des nouvelles mobilités, ces dernières années ont été marquées par l’avènement des trottinettes électriques, scooters, et autre gyroroues. Mais comment vont-elles évoluer dans les années à venir ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here